Au Théâtre de la ville – Les « Abbesses » – PARIS


Au Théâtre des Abbesses – Les 10 & 11 Mars prochains. Spectacle « Dialogues »

Renseignements pratiques:

Lieu : 31, rue des Abbesses – 75018 – Paris.
Horaires: Le samedi 10 Mars à 17H – Le dimanche 11 Mars à 15H.
Tel – renseignements & réservations : 01 42 74 22 77. ( Consulter le site du théâtre de la ville de Paris )


© Photo J-Charles Druais

Vous l’avez certainement croisé dans un fest-noz, écouté chanter dans l’intimité d’une chapelle quelque part en Bretagne, ou ailleurs, peut-être sur la scène de Radio France ou des Nuits celtiques. Une rencontre inoubliable : sa voix fascine, sa présence s’impose comme un évident symbole de l’authenticité.

Passeur de Mémoire

Yann-Fañch Kemener plonge ses racines dans une double tradition : la tradition familiale (sa mère chantait, comme ses oncles et tantes), mais aussi celle du pays plinn qui l’a vu naître, en Haute-Cornouaille, aux confins du pays vannetais et du Trégor. Sainte-Tréphine fut longtemps pour lui le centre du monde et le breton sa première langue. C’est dans ce Centre Bretagne, si riche de traditions jalousement préservées, qu’il a trouvé ses informateurs, ou mieux ses « maîtres. Il en a recueilli l’héritage, aujourd’hui généreusement mis à la disposition de tous dans ses Carnets de Route. Surtout, il a pu, sur cette base, constituer son propre répertoire : complaintes (gwerzioù), cantiques, airs à danser (kan ha diskan) auxquels s’ajoutent les contes et l’univers de la poésie. Ne nous y trompons pas : le mot et la rime comptent pour lui autant que la mélodie et le rythme. Au-delà des catégories, tout à la fois chanteur, collecteur, diseur, conteur, Yann-Fañch Kemener est un Passeur de Mémoire.

Une musique vivante

Pour autant, il n’est pas un homme du passé, bien au contraire, et l’espace sonore dans lequel il évolue, n’est en rien figé. Une idée lui est particulièrement chère : la musique traditionnelle est une musique vivante, en évolution et qui invite, dans un espace sonore défini, à la création et à l’échange. Une conception illustrée par Dialogues et qui donne sa cohérence à une série de rencontres qui jalonnent son parcours : Didier Squiban avec qui il se produisit un temps, dans les années 90, pour notre plus grand bonheur, le jazzman François Corneloup, Dominique Vellard, le fondateur de l’ensemble Binchois, avec qui il travailla sur les chants religieux , Jean-Yves Bosseur dont il créa Vent d’Ouest, sur des poèmes de Kenneth White. Yann-Fanch Kemener est, d’ailleurs, l’un des rares chanteurs traditionnels à aller vers la musique classique. Il a même chanté en duo avec Patricia Petitbon. Une belle ouverture d’esprit !
Depuis quelques années, c’est accompagné par le violoncelliste Aldo Ripoche qu’il monte sur scène. L’intérêt de ce dernier pour la musique baroque, ses pratiques et modes de jeu, a favorisé la rencontre entre les deux musiciens, l’un populaire, l’autre savant, et établi entre eux une complicité qui fonctionne à merveille. Il est vrai qu’Aldo Ripoche est lui-même l’héritier d’une tradition : son père était violoncelliste, élève et ami de Pablo Casals. C’est désormais ensemble qu’ils conçoivent leur spectacle tant sur le plan musical que scénique.
Avec au piano Florence Pavie, le duo est devenu trio pour Dialogues et cet élargissement donne à l’ensemble une autre couleur, voire une connotation plus classique. Qu’importe ! La Villemarqué n’a-t-il pas introduit le piano, pour accompagner les chants du Barzaz-Breiz dès la seconde édition (1848) du mythique recueil.

Dialogues : un pari réussi

Les collectes de La Villemarqué, de Bourgault-Ducoudray, de Claudine Mazéas dans les années 50 et au début des années 60 et celles de Yann-Fañch Kemener lui-même fournissent la matière de ce spectacle créé, au Théâtre de Cornouaille de Quimper, les 30 et 31 mars 2006. Le propos est audacieux : avec ses deux partenaires, Yann-Fañch Kemener explore les interférences entre musique traditionnelle et musique savante, leurs apports mutuels, leurs dialogues comme le suggère le titre même du spectacle où les clins d’œil et jeux de miroirs se multiplient. Le prétexte ? Un petit chef d’œuvre oublié, les Chansons Bretonnes (extraites du Barzaz-Breiz), mises en musique pour violoncelle et piano au début des années 30 par Charles Koechlin (1867-1950). Une redécouverte aussi : l’œuvre du compositeur breton, Adolphe Mahieux (1892-1931), formé dans la tradition de César Franck, dont la romance pour violoncelle et piano, Le Druide, est un pur joyau. Elle devient même la première œuvre jamais enregistrée de ce compositeur, injustement oublié.
Pour garder intacte la force de la mélodie populaire portée par la valeur intrinsèque du mot, Yann-Fañch Kemener fait sonner la langue. Avec ses partenaires, il met en scène le son comme le mot ; il les sculpte et, comme un peintre, tente d’en saisir toutes les couleurs en jouant avec l’espace , la lumière, le geste, un travail qui fait partie intégrante du pouvoir créateur de l’artiste et de son regard critique. L’émotion est préservée, la tradition sublimée. Emerveillés, nous voyons la magie s’opérer. Le dialogue se noue, la musique vit.

Marie-Claire Mussat – Extrait du journal du théâtre de la ville N° 158

yf-k-et-m-c-mussat.jpgyf-kem.jpg

SILVESTRIG
Carnets de route de Y-F Kemener, pour le texte – air recueilli par Bourgault-Ducoudray.

Etre chapel Sant Lôrañs ha lein montenn Mene’ Bre,
A zo tudchentil yaouank i sevel un arme,
Zo daou gapiten yaouank i sevel soudarded,
Ha me ‘m eus ur mab Jelvestrig hag a gonta monet,
………………………………………………………
Jelvestr ar Moal a lâre war baveoù Boulvriag :
– Setu aze ma mantell a roan dac’h, ma zad,
Setu aze ma mantell ha ma diw bistolenn
A roan dac’h-c’hwi, ma zad, evit ho pinijenn,

Jelvestr ar Moal a lâre, war ‘leve en Gwengamp,
Pe oe ‘ober e gimiad, na ! d’an holl dud yaouank :
– Nag adieu dac’h, Gwengampiz, parrouziz Plijedi,
Ha meur a ribatadennoù e m’omp grêt en enni ! »

Le petit Sylvestre

Entre la chapelle Saint-Laurent et le sommet du Ménez Bré,
Il y a des jeunes gentilshommes qui lèvent une armée,
Il y a deux jeunes capitaines qui lèvent des soldats,
J’ai un fils, Sylvestre, qui compte y aller.
…………………………………………………………
Sylvestre Le Moal disait sur les pavés de Bourbriac :
– Voici mon manteau que je vous donne, mon père,
Voici mon manteau et mes deux pistolets
Que je vous donne, mon père, pour votre pénitence.

Sylvestre Le Moal disait, sur la place à Guingamp,
Quand il faisait ses adieux aux jeunes gens :
– Adieu à vous, Guingampais, habitants de Plésidy,
Bien des ébats, nous y avons faits! »

4 Réponses to “Au Théâtre de la ville – Les « Abbesses » – PARIS”

  1. VIELLART Says:

    bonjour yann fanch
    je remarque que depuis quelques temps il n y a plus de concerts a paris j aimerai savoir pourquoi et si par bonheur vous y reviendrez j ai eu la chance de vous y voir a chacun de vos passages et je ne le regrette pas!!!

  2. VIELLART Says:

    BONJOUR YANN FANCH
    EST IL PREVU UN NOUVEL ALBUM AVEC LE GROUPE BARZAZ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :