Archive for mars 2007

Collège de pataphysique – Etats généraux du poil – Paris – Palais de Tokyo les 30; 31 mars et 1er Avril

mars 26, 2007


Sous l’épitropie de Claude Gudin et de Thieri Foulc – Une proposition du collège de pataphysique – Les états généraux du poil

J’y présenterai « le Poil Breton » – Digemer mat – Bienvenue !

Partant du postulat que la pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité.
Il était naturel de considérer la Gidouille comme l’égal du poil, sinon son origine.
L’un et l’autre s’enroulant et se déroulant à volonté et inversement.

« Hommage à la gidouille de langue bretonne »

gidouille.jpg

À lire à l’endroit comme à l’envers.

Je n’ai point de ressource,
En maison, ni en bien :
J’ai cinq sous dans ma bourse,
Voilà tout mon bien.

Et moi, j’y vais bon train, en roulant ma misère,
Et moi, j’y vais bon train, en mendiant mon pain !

Me n’am eus ket a goproù,
Na tamm ti, na madoù :
Pemp gwennek em c’hodeloù,
Setu aze ma holl madoù.

Alfred Jarry – L’amour absolu – Le Christ errant . Traduction en breton YF Kemener

Publicités

Entre la lande et le piano

mars 19, 2007

Par Bertrand DICALE – Le 10 Mars 2007dialogues-pub-telegramme.jpgYann-Fanch Kemener, entre la lande et le pianoMUSIQUE Aux Abbesses, le chanteur breton reprend les harmonisations du « Barzaz Breiz » par le compositeur Charles Koechlin.QUELQUES artistes savent être passionnés tout autant de conservation que de création. Le cheminement de Yann-Fanch Kemener concilie le naturel d’un bretonnant ayant toujours baigné dans la culture ancienne et les sophistications d’un chanteur exigeant et lettré. Peu après la sortie du disque Dialogues (chez Buda Musique), il le présente aujourd’hui et demain au Théâtre des Abbesses en compagnie du violoncelliste Aldo Ripoche et de la pianiste Florence Pavie. Au coeur du disque comme du spectacle, une matière subtile et rauque, puissante et délicate : les harmonisations écrites à l’orée des années 1930 par le compositeur Charles Koechlin sur des mélodies traditionnelles transcrites un siècle plus tôt par Théodore Hersart de La Villemarqué dans son Barzaz Breiz, le plus célèbre des recueils de chants bretons. « On trouve là des passerelles entre le chant et l’instrumentation, entre le populaire et le savant, note Kemener. ­Koechlin respecte les mélodies d’origine mais leur donne une autre couleur par l’harmonisation. C’est un travail de l’époque post-romantique sur la matière populaire. À l’époque, Manuel de Falla a écrit à Koechlin pour le féliciter pour ses harmonisations. »Çà et là, dans le disque comme sur scène, Yann-Fanch Kemener a choisi, outre les partitions de Koechlin, de chanter « en miroir, la version populaire – ou du moins la version populaire telle que je l’entends ». Car, évidemment, se pose la question de la distance au modèle : « Les mélodies transcrites par La Villemarqué n’étaient sans doute pas chantées, par exemple, avec des barres de mesure : j’ai assez côtoyé les anciens pour savoir que ce n’est pas vrai. » De même, rien ne prouve que Koechlin connaissait le chant breton in vivo : « A-t-il entendu les chanteurs sur le terrain ? Je n’ai pas de réponse. À mon avis, il n’a travaillé que sur les mélodies. Ou, plutôt, ce sont les mélodies du Barzaz Breiz qui l’ont inspiré. » Entre lande et salon, entre âpreté de la langue et lyrisme des instruments, Dialogues multiplie à l’envi les sources de splendeur. Pour l’interprétation, Kemener parle d’ « une liberté imposée par le texte ».Alors qu’il travaille sur scène le répertoire de Dialogues, Kemener pense déjà à l’aventure suivante : « Travailler toujours avec Aldo Ripoche au violoncelle, mais avec une violoniste et une claveciniste sur des mélodies vannetaises. Dans ce répertoire, l’ambitus est plus grand que dans la gwerz, plus lyrique. J’aimerais enregistrer cette année. » Il s’est frotté parfois aux textures des musiques dites « actuelles », comme avec les synthétiseurs du groupe Barzaz. Mais il préfère explorer les noces avec des instruments acoustiques – « comme une musique de chambre ».Théâtre des Abbesses, aujourd’hui à 17 heures, le 11 à 15 heures. Tél. : 01 42 74 22 77.

Quelques réponses à mon envoi d’hier

mars 14, 2007

Quelques personnes, par mesure de discrétion sans doute ont préféré ne pas mettre leurs commentaires en ligne. Je vous livre un petit bouquet quand même ! Merci à eux

Salut Yann-Fanch,

J’ai lu l’article du soit-disant journaliste en question, c’est vraiment écoeurant et consternant de précisions « abracadantesques » comme dirait « chichi » dans notre irréprochable langue française. . !
Si ce Marcus a la « bravitude » de venir de nouveau en Bretagne, j’espère qu’il pourra mesurer la « Nullitude » de ses propos.
______________________________________
Salut ,
Si c’est écrit dans le journal c’est que c’est vrai ! Tu connais ça comme moi.
Heureusement que nous savons lire et écrire!
Nous arrivons même à lire entre les lignes pour découvrir la conn….de l’auteur, mal informé ou plus vraisemblablement mal intentionné.
Comme disait une chanson de corps de garde que nous chantions dans notre jeunesse folle: « Non non non le Breton n’est pas mort car il bande encore ! car il…etc » Il ne s’agissait pas du breton mais je trouve que ça convient bien.
_________________________________________
Merci Yann-Fanch

Les méfaits de la “colonisation”…..
Cette langue deviendra-t-elle une curiosité pour esthètes ?

Instaurer le bilinguisme obligatoire en Bretagne ?

Obliger tous les résidants à l’apprendre et l’utiliser ?

Pas demain la veille
Tout cela est un gâchis pour la culture et l’humanité

Cordialement