Presse album Dialogues

mondomix.jpg

Presse CD  » Dialogues » New Music From Brittany by Lois Kuter Bro nevez N° 101-February 2007

New Music From Brittany

Florence Pavie, Yann-Fraiich Kemener, Aldo. Ripoche. Dialogues. Buda Musique 3017490. 51’56 minutes.

Reviewed by Lois Kuter

This CD is derived from a stage performance called « Diologues » that was created and performed at the Théâtre de Cornouaille in Quimper in March 2006.
Yann-Fañch Kemener sings and sometimes recites song texts, working with pianist Florence Pavie and cellist Aldo Ripoche in a unique combination oftraditional Breton song and music with classical styles and composition. One can only imagine the dramatic effect of this performance on stage based on the emotional intensity of tbis CD. The performances are full of passion and underline the drama of traditional Breton songs where women are abducted by or married to men they do not love, where young men leave loved ones when drafted into the king’s army, or where magic and sorcery are ever-present and often menacing.

The songs from this CD are drawn from two famous 19th century collections: La Villemarqué’s Barzaz Breiz and Bourgault-Ducoudray’s Trente melodies populaires de Basse-Bretagne. And they are also drawn from songs collected and recorded by Claudine Mazéas in the 1950s and early 19608 and by Kemener himself (Carnets de route) who grew up with traditional songs around him. Kemener has carefully chosen and ananged the texts, and they are not sung as one might hear them at a fest noz or gathering of friends at a veillée, but performed for full dramaticeffect sometimes as much stated as sung. The piano and cello only add to the intense coloring of each piece.

While most of the songs and melodies on the CD are weIl known in Brittany, the performance here is far from the usual. There are two compositions that are not weIl known. « Prayer, » a cello and piano piece by Swissborn and American-naturalized composer Ernest Block (1880-1959) incorpora tes old Hebraic melodies. This piece leads into the Breton gwerz (ballad) « Ar Jouis » which recounts how a young girl is soldto a Jewish trader by her brother. Piano and cello are also featured in a composition by Breton composer Adolphe Mahieu (1892-1931) called « le Druide. »

This is a CD that requires some work on the part of the listener! Familiarity with the song texts – some of which are classics in the Breton tradition – and knowledge of Breton will definitely enhance one’s experience and appreciation for the way Kemener carefully crafts the words, singing style and interplay with cello and piano. The CD notes are helpful in describing how this performance is put together – the sources for the music and texts and the construction of the performance overall. Song texts are given in Breton and French with a very short synopsis in English. There are photos wmch give an idea ofhow the performance looked on stage.

This is not a CD you can casually throw on the CD player and then sit back and relax or multi-task as you listen. The passion of the performance requires your attention and an engagement of emotions. Whi1e probably best appreciated in a live performance where lighting and staging are part of the show, this is a remarkable recording in its innovative interplay of voice, piano and cello.

———————————————————————————-

Presse CD  » Dialogues » Jean Luc Germain – Bretagne Magazine numéro 37

Lyriques sortilèges

Après An Eur Glaz et An Dorn, d’une fière élégance sonore, le chanteur Yann Fanch Kemener poursuit sa collaboration fertile avec Aldo Ripoche. Comme deux marcheurs s’enfonçant dans les sous-bois d’une forêt aux sortilèges, ils s’avancent un peu plus avant dans la matière émouvante et lyrique de l’imaginaire breton, peuplé de chants et de voix. À la mélancolie du violoncelle et du timbre fin, presque grêle, du chantre se mêlent cette fois le délicat doigté de la pianiste Florence Pavie. 
Ensemble, ils bâtissent un pont subtil et inspiré entre la musique dite savante et la musique populaire traditionnelle où elle s’enracine.  On y découvrira le bouleversant Druide d’Adolphe Mahieux, enregistré pour la première fois, ou encore de puissantes harmonies entre le Barzaz Breiz et Charles Koechlin.  Superbe !

———————————————————————–

Presse CD  » Dialogues » Eliane Faucon-Dumont – Le télégramme

Au mois de mars dernier, Yann Fanch Kemener, Aldo Ripoche, violoncelle et Florence Pavie, piano, se retrouvaient à l’atelier du Théâtre de Cornouaille pour un tout nouveau récital.

Depuis ses débuts, Yann Fanch Kemener n’a jamais cessé d’innover. Toujours à la recherche de « compagnonnages » musicaux, on l’a souvent entendu au sein de formations inattendues.

« Dialogues », son tout nouveau récital n’a pas fait exception. Réunissant plusieurs chants, tirés de trois éditions du Barzaz Breiz, des mélodies
qu’il a lui-même collectées et des musiques dites savantes signées Adolphe Mahieux et Charles Koechlin, le chanteur a imaginé un concert à trois voix. Celles-ci, fort différentes, délaissant la plupart du temps leur répertoire classique, s’engagent avec grand bonheur sur des chemins traditionnels.

– Un CD
Aujourd’hui, ce récital est gravé sur un CD, intitulé « Dialogues ». A son écoute, les bonheurs ressentis, lors de la création reviennent en mémoire. « La fameuse Prophétie de Gwenc’hlan, « dite » en français est d’une belle émotion et le toujours facétieux « Gousperou Ar Raned », déploie ses climats tendres. Entre deux chants, piano et violoncelle jouent la vibrante « Prayer » d’Ernest Bloch, célèbrent « Le Druide » d’Adolphe Mahieux. Puis, Yann Fanch Kemener « revient sur le devant de la scène » le long d’un Galv An Dans, tiré de ses « Carnets de Route ». De temps à autre, un air à danser, vient, telle une belle respiration, rappeler que la Bretagne sans gavottes et hanter Dro, ne serait pas tout à fait la même.

Trad Magazine, vient de décerner l’un de ses « Bravos » à « Dialogues ». Un prix largement mérité par cet enregistrement, un rien audacieux, dédié à la Bretagne éternelle chantée par un Trio vraiment très inspiré.

Eliane Faucon-Dumont

——————————————————————————–

Presse – « Dialogues » Trad-Mag J.J Boidron

Bravo !!!
Florence Pavie, Yann-Fañch Kemener, Aldo Ripoche
« Dialogues »,
Buda Musique, 3017490, distribution Universal, http://www.budamusique.com, (33) 01 40 24 04 27 ; contact scène : http://www.kemener.com

Quand on connaît l’animal, parce qu’on en suit la trace blanche de longue course, on croit savoir à chaque nouveau détour sur quels sentiers il veut nous emmener. On les croit battus, comme la terre d’un sol familier. Domestiques. A tort. Il y a bien là ces repères habituels qui nous permettent d’amorcer la marche. Les arbres reconnus d’une profonde forêt de mémoire, celle du fonds bas-breton qui balance entre ses branches littéraires du Barzaz-Breiz et les feuilles saisies au vol de leur écho populaire qui en est l’origine. Authentique rencontre du grand veneur et de la source. Avec d’incontournables prises que sont « Gwenc’hlan », « Marzhin », « Silvestrig », matières si peu nouvelles que les fondeurs mêlent au même creuset, alliant en toute nature profane et sacré, danse et recueillement. Mais les classiques du genre ont là trouvé une voie inégalée : celle d’un compromis fusionnel d’esthétiques tant traditionnelle que baroque et post romantique. Trois voix plutôt : celle en pleine maturité généreuse du chanteur qui puise en lui un écho sûr et fondé, en une langue devenue rare et non filtrée, au goût qui accroche et tient en soi sa force de dire ; celle des cordes d’Aldo Ripoche, au violoncelle aguerri dont les boyaux prennent les tripes dès l’incipit ; et enfin celles frappées comme au sceau du bon sens du piano de Florence Pavie qui jalonne un chemin tantôt sautillant et tantôt grave en lui portant volume et lumière. C’est un peu comme si ces « Dialogues » entre musiques populaire et savante, inspirés de vieux avant-gardistes tels Koechlin et Mahieux, devaient nécessairement se conjuguer en trois personnes. Et consituaient l’issue finale et longtemps recherchée d’un itinéraire empli de cailloux jetés depuis l’enfance, pour un chemin réversible à l’envi. Celle d’un Kemener, tailleur de sons à la carrière d’orfèvre : a capella, seul, ou en couple de chant, celui des gwerzioù ou du kan-ha-diskan, celui des harmonies de Barzaz, la tentation pianistique avec Squiban, puis enfin l’immersion dans le nécessaire chaudron baroque avec ce même Aldo Ripoche. Ce nouveau trio remarquablement juste est un aboutissement, une réunion attendue, un tableau de choix, au singulier pluriel. Plus encore, il est un objet d’émotion. Ou plutôt une source profuse d’émois…

Jean-jacques Boidron

——————————————————————————–

dialogues-m-troadec.jpg

Ouest-France 31/12/06

——————————————————————————–

Presse CD  » Dialogues » Le dauphiné libéré du 12/12/06
– Révérence pour les musiciens

– Quand la saga bretonne donne de la voix, transcende le piano et séduit le violoncelle,
classique et tradition sont aux anges.

– « Je chante la nuit, je chante le jour et je suis chagrin cependant. »
Va pour le chagrin mais si vous sortez les mouchoirs, c’est que l’émotion perdure. Quand il entre
en poétique, le phrasé du chanteur breton Yann Fanch Kemener est de facto admirable et la
mélancolie qu’il ventile n’est jamais qu’un sentiment parmi d’autres.
Sur cet album, le créateur –collecteur-chanteur met l’accent sur les affinités et les convergences
possibles entre musiques populaires et tradition savante.
Il fallait un fier culot pour se lancer dans l’aventure, en toute complicité orchestrale. Le fait
qu’il se soit entouré de deux pointures, en l’espèce la pianiste Florence Pavie et le
violoncelliste Aldo Ripoche ajoutait au sérieux de l’exercice. Les mélodies populaires, romances
et ballades ici présentées, s’enrichissent de combinaisons harmoniques et du travail souterrain
mené par le trio dans ses arrangements.
Le Barzaz Breiz qui regroupe les chansons issues du régional breton trouve bien sûr sa place aux
côtés des carnets de route du voyageur Kemener. On y côtoie Merlin au berceau, Azenor la pâle, le
comte de Poitou, le marquis de Pont-Callec mais la révérence d’ordinaire dévolue aux aristos
s’adresse cette fois aux musiciens. 18 carats.

Jean-Pierre Gandebeuf

——————————————————————————–


%d blogueurs aiment cette page :